La Mouche de Saint-Savinien

logo carte AAPPMA La Mouche
Bienvenue sur le site de votre AAPPMA La Mouche de Saint-Savinien

Règlementation & garderie

Catégories de pêche

Les eaux douces françaises sont réparties en 2 catégories : la première et la seconde, et la réglementation varie en fonction de la catégorie.

La catégorie est définie en fonction de la population piscicole dominante :

• la première catégorie est constituée principalement de salmonidés (truites, saumons, etc.),
• la seconde catégorie est constituée principalement de cyprinidés (poissons blancs : carpes, gardons, etc.), et de carnassiers (brochets, sandres, perches, silures).

La première catégorie correspond principalement à des torrents en montagnes, et à de petits ruisseaux en plaine, dont le débit peut être nul à l'étiage. En Charente-Maritime, il existe quelques rivières de cette catégorie, et notamment le Bramerit (voir l'onglet « Lieux de pêche »).

La seconde catégorie correspond à des eaux stagnantes ou cours d'eau assez lents (typiquement les fleuves et grosses rivières), où l'eau peut parfois être pauvre en oxygène. Dans notre département, la Charente est classée en seconde catégorie, ainsi que la majorité du réseau hydrographique. Le barrage de Saint-Savinien – Le Mung, constitue la limite amont de la marée saline : en aval du barrage, l'eau du fleuve est saumâtre. Les différences de niveau d'eau sont aussi importantes (plusieurs mètres). En amont du barrage, l'eau est douce et seules les fluctuations atténuées de la marée impactent le fleuve, c'est la marée dynamique (ressentie suivant les coefficients jusqu'en amont de Saintes).

Matériel

La réglementation du matériel autorisé change en fonction de la catégorie :

• En première catégorie, une seule ligne, montée avec au maximum, 2 hameçons ou 3 mouches artificielles. Elle doit être disposée à proximité du pêcheur. Possibilité d'utiliser à la place 1 carafe de 2 litres pour la pêche des vairons, ou 6 balances à écrevisses, ou 1 vermée. La pêche aux larves de diptères (asticot, ver de vase) est interdite.


• En seconde catégorie, 4 lignes maximum (avec ou sans moulinet), chacune munie de 2 hameçons ou de 3 mouches artificielles au maximum. Elles doivent être disposées à proximité du pêcheur. Possibilité d'utiliser à la place 1 vermée, ou 6 balances à écrevisses maximum, ou une carafe de 2 litres pour les vairons et autres poissons d'amorce sur le domaine privé. En seconde catégorie, la pêche aux filets, carrelets, à la grenouille et à la carpe de nuit sont autorisés. Se renseigner auprès de la fédération pour les modalités et secteurs autorisés.

La pêche aux leurres en seconde catégorie est interdite pendant la période de fermeture du brochet. Cependant, depuis 2017, certains leurres sont autorisés pendant cette fermeture ; il s'agit de ceux qui n'entrainent pas de capture accidentelle du brochet.

reglementation peche 2017

Règlementation en vigueur au 01/01/2017

Dates et heures d'ouverture

Pour maximiser la protection des espèces les plus sensibles, comme le brochet ou la truite, il est instauré des dates d'ouverture et de fermeture de certaines espèces (pour respecter notamment la période délicate de la fraie). En dehors de ces périodes, certaines méthodes de pêche ciblant particulièrement l'espèce peuvent être interdites (c'est notamment le cas des leurres en seconde catégorie pendant la fermeture du brochet, voir nouvelle règlementation depuis 2017 et l'autorisation de quelques leurres).

Première catégorie :

Ouverture générale de la pêche à la ligne : du deuxième samedi de mars au troisième dimanche de septembre.

Seconde catégorie :

• Ouverture générale de la pêche à la ligne : toute l'année,

• Ouverture du brochet : du 1er janvier au dernier dimanche de janvier, puis du 1er mai au 31 décembre. En dehors de ces dates, la pêche aux leurres, poissons morts et vifs est interdite en seconde catégorie,

• Ouverture de l'alose feinte : du 1er février au 30 juin. Attention : avant le 1er mai, la pêche aux leurres est interdite en seconde catégorie. La Grande Alose n'est pas ouverte à la pêche.




Certaines espèces sont protégées tout au long de l'année, et doivent être remises à l'eau, même mortes. C'est le cas de la truite de mer, du saumon, de l'anguille d'avalaison (anguille argentée), de l'esturgeon, et des écrevisses autochtones.

La pêche est autorisée à partir d'une demi-heure avant le lever du soleil, et jusqu'à une demi-heure après le coucher du soleil (heures légales), sauf exceptions (parcours spécifiques carpe de nuit par exemple).

Mailles et quotats

Certaines espèces font l'objet d'une taille minimale de capture, appelée « maille », et/ou d'un nombre maximum par pêcheur et par jour. En dessous de la maille, le poisson doit être remis à l'eau, même mort.

Taille minimale de capture des espèces concernées par une maille (mis à jour en 2017) :
• brochet : 60 cm, dans les eaux de seconde catégorie,
• sandre : 50 cm, dans les eaux de seconde catégorie,
• black-bass : 30 cm, dans les eaux de seconde catégorie,
• alose feinte : 30 cm,
• truite (fario, arc en ciel) : 25 cm,
• mulet : 20 cm
• lamproie fluviatile : 20 cm (ne peut être pêchée qu'à condition de posséder une carte pêcheur aux engins),
• lamproie marine : 40 cm (ne peut être pêchée qu'à condition de posséder une carte pêcheur aux engins).


Vous pouvez retrouver l'intégralité de la règlementation relative à la pêche en eau douce dans le département de la Charente-Maritime sur l'Arrêté Règlementaire Permanent 2017-2021, en cliquant sur le bouton ci-après :

Arrêté Règlementaire Permanent

En première catégorie, un maximum de 6 salmonidés est autorisé par jour. Depuis avril 2016, la réglementation a évolué : elle impose désormais un maximum de 3 carnassiers par jour et par pêcheur, dont au maximum 2 brochets. En outre, depuis janvier 2017, la maille du sandre est du brochet prend 10 centimètres, passant respectivement de 40 à 50 et de 50 à 60 centimètres.

Il existe aussi des carnets de capture, qui peuvent aider à renseigner les services en charge de la gestion piscicole de l'état des populations. Certains de ces carnets sont facultatifs (cas de l'alose), d'autres sont obligatoires : c'est notamment le cas du carnet de capture d'anguilles, que chaque pêcheur se doit de posséder même s'il ne recherche pas l'espèce, sous peine de contravention. Vous pouvez vous procurer ce carnet en cliquant sur le bouton ci-après :

Carnet de capture anguille

Cas particulier de la législation sur le domaine maritime

Une partie du domaine pêchable du fleuve Charente se situe sur le Domaine Public Maritime (D.P.M.). Sur le D.P.M., le pêcheur n'a pas besoin de carte de pêche, et n'est pas soumis aux réglementations de pêche en rivière mais à celles de la pêche en mer. Cette spécificité est bien connue des pêcheurs ; ce qui l'est moins, en revanche, c'est la limite précise entre le Domaine Public Maritime (D.P.M.) et Fluvial (D.P.F.), sur lequel s'applique la réglementation de pêche en rivière.

Une rumeur tenace place cette limite au niveau du barrage à clapets de Saint-Savinien – Le Mung, car celui-ci constitue la limite d'inclusion des eaux marines (marée saline). C'est une erreur : la limite D.P.M./D.P.F. sur la Charente se situe à la confluence entre cette dernière et la Boutonne, soit au lieu-dit du Carillon, environ 2 kilomètres en aval de Bords, et une quinzaine de Saint-Savinien. En amont de cette limite, la carte de pêche est donc nécessaire.

Garderie

Plusieurs services s'assurent au quotidien du respect de la réglementation de la pêche en eau douce.
Ainsi, un pêcheur peut se faire contrôler par :

• l'Office National de l'Eau et des Milieux Aquatiques (O.N.E.M.A.),

• un garde-pêche fédéral, relevant de la Fédération Départementale de pêche,

• un garde-pêche particulier assermenté, bénévole relevant d'une A.A.P.P.M.A.,

Vous pouvez vous même contacter ces services, et notamment en cas de pollution du milieu aquatique.


Votre A.A.P.P.M.A. La Mouche de Saint-Savinien dispose d'un garde particulier. En cas de contrôle, merci de rester courtois et poli, et n'oubliez pas que le garde n'est là que pour veiller à la pérennité de votre loisir…

À noter : désormais prise sur internet, la carte de pêche dispose d'un QR code qui sera scanné en cas de contrôle. Cela ne signifie pas pour autant que vous ne deviez pas disposer physiquement de votre carte : vous devez l'avoir en version papier sur vous-même en action de pêche. La version électronique, sur téléphone par exemple, n'est pas suffisante si vous vous faites contrôler.






(Règlementation à jour au 1er janvier 2017.)